LSCV

LSCV

Depuis 1883 contre la vivisection et pour les droits de l'animal

InterNiche-Rapport d’activité 2016

Compte rendu d’activités de 2016 et projets prévus pour 2017

L’année 2016 s’est achevée sur de nouvelles avancées pour InterNICHE, qui s’efforce de conduire au remplacement de l’expérimentation animale et d’instaurer un enseignement sans cruauté. Les réalisations de notre réseau sont désormais reconnues à l’échelle internationale.

Iran

L’association iranienne contre la vivisection (IAVA), organisation partenaire d’InterNICHE en Iran est une petite structure mais elle est active et la seule en Iran qui agisse contre l’expérimentation animale. Elle mène son activité dans un environnement difficile où faire campagne n’est pas une pratique courante et où les animaux, notamment les chiens, sont souvent perçus de façon très négative. L’association, dont les membres sont essentiellement des universitaires, a mené campagne avec succès pour encourager le remplacement par les alternatives en travaillant avec des écoles vétérinaires, entre autres, depuis sa création il y a six ans par le Dr Ramak Roshanaie, contact national d’InterNICHE.
IAVA a organisé des séminaires et des expositions multimédias consacrés aux alternatives proposées par InterNICHE dans des universités et lors de conférences universitaires partout en Iran. En 2016, elle a mis en place le premier comité universitaire sur les droits des animaux et s’est appliquée à convaincre les ministères de l’Éducation, de la Santé et des Sciences de faire évoluer le système éducatif à l’échelle nationale. La traduction du site Internet d’InterNICHE en persan se poursuit afin de populariser l’enseignement éthique et d’accompagner les enseignants et les étudiants. Le remplacement de l’animal a été réalisé dans un certain nombre de travaux pratiques d’anatomie, de pathologie, de physiologie, de pharmacologie, de toxicologie et de chirurgie grâce à l’utilisation de logiciels, d’appareils d’auto-expérimentation, et à la mise en place d’un programme de don d’organes de cadavres d’animaux d’origine éthique. Les militants ont également libéré et placé des animaux utilisés ou prévus pour des expériences dans plusieurs écoles vétérinaires. Cela implique généralement d’acheter l’animal ou d’être autorisé à l’emmener.

Amérique du Nord

La planification, la rédaction, le montage et la campagne de financement permanente se poursuivent concernant les grands projets d’InterNICHE, y compris le film sur les alternatives vétérinaires, l’ouvrage collectif sur les études de cas, et la prochaine grande conférence. Une stratégie quinquennale pour la mise en œuvre d’un projet potentiel ambitieux visant l’Amérique du Nord a également été élaborée par Nick Jukes, coordinateur d’InterNICHE, et par le Dr Olivier Berreville, notre contact national au Canada, avec le concours des membres d’InterNICHE. Si la campagne de financement est un succès, le projet permettra non seulement de réaliser des avancées majeures au Canada et aux États-Unis, mais il fournira un modèle d’action et sera susceptible d’être appliqué à l’échelle internationale grâce à la réalisation du film et du recueil collectif d’études de cas, et la mise en place d’autres nouvelles ressources.

Prêt d’alternatives

Le système de prêt d’alternatives d’InterNICHE géré par Mariana Vieira Crespo, notre nouveau contact national au Portugal, a mis à disposition des lots d’alternatives pour des essais et des présentations lors d’événements qui se sont tenus en France, en Suisse, en Croatie, en Allemagne, au Danemark et au Portugal. Nick Jukes est intervenu en tant que conférencier et démonstrateur au cours de certains d’entre eux. D’autres systèmes de prêts, gérés par les contacts nationaux d’InterNICHE ou ses partenaires, sont implantés à travers le monde et utilisés dans les régions concernées. Il s’agit notamment de pays tels que la Russie, le Pérou, le Kenya, l’Afrique du Sud et l’Inde. Il est désormais nécessaire de recueillir des fonds pour actualiser et enrichir le contenu de ces systèmes de prêts.

Base de données en ligne

Plus de cinquante nouvelles alternatives, principalement des modèles et des logiciels, ont été ajoutées à la base de données en ligne Alternatives d’InterNICHE en 2016. Le potentiel croissant des applications Android et iPhone comme options conjuguées aux ressources en ligne est reconnu. Grâce aux négociations qu’il a menées avec des universités, Dmitry Leporsky, notre gestionnaire de la base de données Alternatives et également notre contact national en Ukraine, a contribué à réaliser de nombreux remplacements. En 2016, trois nouveaux accords avec des universités ont permis de remplacer près de 1800 vertébrés et invertébrés utilisés annuellement en physiologie et dans d’autres cours pratiques.

De nouveaux remplacements seront réalisés en 2017 lorsque le logiciel que développe Dmitry en collaboration avec Vadim Danko et Maxim Kolonok, les partenaires d’InterNICHE en Russie, et plusieurs enseignants, sera prêt pour son lancement. Il offrira un potentiel de remplacement important dans le domaine de la physiopathologie qui implique souvent des expérimentations cruelles sur les animaux, mais pour lesquelles il existe très peu d’alternatives. Ce logiciel sera largement distribué par InterNICHE et sera disponible gratuitement afin d’encourager sa diffusion et son utilisation.

Dmitry s’est également rendu en Biélorussie en 2016. Avec les nouveaux partenaires d’InterNICHE en Russie, il a été en mesure de faire don à une université de cinq ordinateurs remis à neuf qui permettront, dans le cadre d’un nouvel accord, le remplacement annuel de près de 400 souris. En cours d’année, une première visite a eu lieu au Kazakhstan où s’est tenu un séminaire réunissant des enseignants exerçant dans tout le pays. Suite à cette action de sensibilisation préliminaire, un plus grand événement au rayonnement régional sera organisé en 2017 avec Nick Jukes au Caucase et en Asie centrale. Les pays visités seront probablement l’Arménie, la Géorgie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan.

Croatie

Un séminaire d’une journée entière sur les alternatives destiné au gouvernement de la Croatie et à des comités d’éthique a été organisé en Croatie conjointement par InterNICHE, l’organisation partenaire Animal Friends Croatia et le ministère de l’Agriculture. Des participants venus de tout le pays y ont assisté, y compris des responsables ministériels, des enseignants et des représentants de comités d’éthique locaux rattachés à différentes universités. Des progrès encourageants ont été réalisés en Croatie au cours des deux dernières années parce que les universités et les comités d’éthique considèrent les alternatives plus sérieusement et refusent certaines demandes d’expérimentations cruelles sur les animaux. Ils s’inspirent de la loi sur la protection des animaux de 2006 et du projet d’une nouvelle loi sur la protection des animaux reflétant la directive 2010/63/UE de la Commission européenne qui inclut désormais l’éducation et la formation. La maltraitance animale dans l’éducation primaire et secondaire est déjà interdite en Croatie. La collaboration entre InterNICHE et Animal Friends se poursuivra avec pour objectif d’interdire l’expérimentation animale maltraitante dans l’enseignement supérieur.

Serbie

Les avancées concernant la mise en œuvre du remplacement en Serbie ainsi que des considérations sur les possibilités et les défis liés aux comités d’éthique ont été étudiées durant le séminaire lors de la communication du Dr Katarina Novaković, membre d’ORCA, organisation partenaire d’InterNICHE. Grâce au concours actif du Dr Novaković et après une période d’activisme social progressiste dans le pays, l’ancien président serbe Boris Tadić a signé en 2005 la résolution ORCA sur le bien-être des animaux qui a donné lieu à la première loi sur la protection des animaux adoptée en 2009. L’article 44 de la loi stipule que l’expérimentation animale est interdite dans les écoles primaires et secondaires ainsi que lors des études de premier cycle. Le texte de cet article a été rédigé afin de refléter étroitement la politique d’InterNICHE.

Le Dr Novaković a mis en place un large éventail d’activités pour mener campagne en 2016 qui comprenait notamment des travaux de comités d’éthique et un refus d’accorder des autorisations d’effectuer des expériences et des dissections, un programme de sensibilisation auprès des universités non agréées et non conformes, ainsi que des actions de persuasion. En 2017, le Dr Novaković continuera à recueillir des données sur l’utilisation des animaux, à coordonner la formation de non-spécialistes au niveau national au sujet des comités d’éthique, et à défendre l’article 44 lors du prochain réexamen de la loi. Les ressources développées en Serbie sont maintenant partagées avec les participants en Croatie. Il s’agit notamment d’un manuel pour les travaux pratiques en physiologie réalisé par la Faculté de médecine de l’Université de Belgrade. Cette publication oriente l’apprentissage de la physiologie par le recours à toute une gamme d’alternatives. Maja Orešković Igrić en Croatie et le Dr Novaković en Serbie sont désormais les contacts nationaux d’InterNICHE dans ces deux pays.

Allemagne

Le Dr Hans Braun de l’Université de Marbourg a présenté les dernières mises à jour de la série de logiciels d’alternatives Virtual Physiology. InterNICHE a favorisé l’utilisation de SimNerv, SimMuscle et de ses autres laboratoires virtuels depuis leur développement au début des années 1990, et s’engagera bientôt dans une promotion de grande envergure. Les universités doivent acheter les logiciels, mais ses auteurs ont généreusement mis gratuitement à disposition des étudiants leurs versions complètes. SATIS, organisation partenaire d’InterNICHE, travaille avec PETA pour mettre à jour le classement éthique SATIS des universités allemandes. Cette base de données dresse un état des lieux de la situation au niveau national de l’expérimentation animale et de l’utilisation des alternatives, et examine la possibilité de faire valoir ses droits à l’objection de conscience.

France

Une campagne est menée pour remplacer l’utilisation des animaux par des alternatives dans une école de médecine française de premier plan spécialisée dans la chirurgie expérimentale, et un débat sur la dissection dans les écoles est en cours. Une interdiction partielle a conduit à un certain nombre de remplacements, mais chaque enseignant a le choix d’utiliser ou non des animaux. Des efforts constants sont déployés pour convaincre le ministère de l’Éducation d’interdire toute dissection animale dans les écoles, et une nouvelle organisation de professeurs de biologie a été créée pour promouvoir un enseignement éthique. Certains groupes d’étudiants ont emprunté des alternatives à InterNICHE. Le bien-être animal semble être désormais pris plus au sérieux en France comme en témoigne le Congrès sur le remplacement des animaux et les alternatives organisé par plusieurs politiciens français.

Portugal

Un séminaire d’une journée sur les alternatives en matière d’éducation et de formation a été organisé par InterNICHE à l’Université de Porto au Portugal. L’événement avait pour but de soutenir le processus de remplacement qui avait été mis en place par des enseignants, mais auquel font obstacle d’autres enseignants et l’administration universitaire. Nick Jukes et Mariana Vieira Crespo soutiennent un groupe d’étudiants d’une université de Lisbonne qui s’efforce d’empêcher l’achat de nouveaux chiens qui seraient utilisés par les étudiants pour se doter d’une compétence clinique et d’une pratique chirurgicale. Ce groupe s’active également à récupérer et à placer les vieux chiens sur lesquels on a effectué des expériences pendant de nombreuses années, et à faire la démonstration d’alternatives empruntées au système de prêt d’alternatives d’InterNICHE. Un mannequin canin a déjà été acheté par l’université, mais InterNICHE tente de persuader celle-ci de mettre en œuvre un remplacement intégral et lui offre son soutien.

Brésil

Les avancées réalisées au Brésil comprennent deux succès majeurs : d’une part, l’adoption d’une loi nationale qui autorise formellement à faire valoir son droit à l’objection de conscience face à la maltraitance animale telle que les expériences sur les animaux ; d’autre part, la campagne actuelle pour interdire l’expérimentation animale dans l’enseignement et la formation à l’échelle nationale. Afin de soutenir l’appel à l’interdiction, InterNICHE a organisé l’envoi de lettres d’appui partout dans le monde, signées par des organisations, des hauts responsables et des enseignants qui, soit encouragent les alternatives de remplacement, soit n’utilisent que ces dernières. Elles ont été remises à CONCEA, l’agence gouvernementale qui contrôle l’expérimentation animale. Par ailleurs, un courrier détaillé d’InterNICHE a également été présenté à la conférence nationale de CONCEA. En raison du chaos politique qui règne au Brésil, les décisions sur la proposition d’interdiction ont été reportées au mois de mars 2017. Le Dr Róber Bachinski, à l’origine de ces initiatives et de bien d’autres, est le nouveau partenaire d’InterNICHE au Brésil après de nombreuses années de collaboration informelle.

Afrique du Sud

Le partenaire d’InterNICHE, la NSPCA, a conçu son propre modèle d’anatomie de base du rat et mis sur pied un système de production et de distribution pour la diffusion de ce modèle aux écoles et aux établissements d’enseignement supérieur. Le développement d’un modèle avancé de grenouille est également en cours. Les alternatives seront disponibles à la vente dans le monde entier avec le soutien d’InterNICHE. La NSPCA a également réalisé des enquêtes dans des écoles et des universités concernant les alternatives afin de mieux comprendre les besoins et d’aider à soutenir le processus de remplacement et sa mise en œuvre.

Égypte

Le vétérinaire Fawzy Elnady de l’Université du Caire, qui a mis au point la technique Elnady pour une conservation peu coûteuse des tissus, continue de perfectionner sa méthode. Utilisant des cadavres d’animaux d’origine éthique provenant d’accidents mortels et de cliniques où l’animal n’a pu être sauvé, il a construit un nouveau laboratoire de simulation afin d’enseigner aux étudiants l’anatomie, des compétences cliniques et la chirurgie. Certains spécimens préservés sont incorporés à des modèles plus complexes fabriqués à partir de matériaux artificiels, produisant ainsi de nouvelles alternatives telles qu’un modèle de dystocie de la vache. D’autres spécimens sont envoyés dans un nouveau centre de formation non universitaire créé avec l’aide d’InterNICHE, ce qui permettra aux étudiants d’acquérir une expérience pratique accrue et d’aider à l’abandon progressif de l’expérimentation sur animaux vivants qui se poursuit à l’université, notamment en chirurgie. Des vidéos de démonstration d’alternatives sont en ligne sur une chaîne YouTube, et de nouveaux articles universitaires sur cette méthode auxquels a contribué Nick Jukes ont été publiés.

Israël

Tamir Lousky a apporté son soutien à cinq étudiants objecteurs de conscience localisés dans tout le pays. Chacun d’entre eux est maintenant en mesure de poursuivre son cursus sans devoir effectuer des expérimentations animales et sans être sanctionné. Avec la société israélienne pour l’abolition de la vivisection (ISAV), InterNICHE Israël a également commencé à organiser une campagne médiatique importante à l’échelle nationale dans le but de faire cesser l’expérimentation animale dans tous les cours obligatoires de l’enseignement médical. Des travaux pratiques en physiologie et en chirurgie, en particulier pour la formation en traumatologie, existent encore dans deux des quatre écoles de médecine. La formation en traumatologie dispensée par les Forces de défense d’Israël (IDF) qui utilise des porcs vivants est également désormais critiquée. La campagne attirera l’attention sur des réflexions allant de l’action des médias sociaux jusqu’à la possibilité d’une action en justice.

Actions diverses

Le Dr Berreville, notre contact national au Canada, continue d’œuvrer avec d’autres groupes pour que l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) ait recours aux alternatives et qu’elle bannisse les expériences cruelles. Une pétition au niveau fédéral pour interdire ces expériences a également été diffusée. Le Dr Martha Gutiérrez, partenaire d’InterNICHE en Argentine, travaille à l’élaboration d’une nouvelle loi sur la protection des animaux qui sera présentée au Congrès national en 2017, après révision. InterNICHE prendra part à ce processus. Au Royaume-Uni, une campagne a été organisée contre l’utilisation du renne sur un marché de l’université, et plusieurs étudiants à travers le pays ont fait valoir leurs droits à l’objection de conscience. De nouvelles demandes de renseignements sont en cours et de nouvelles collaborations ont été amorcées avec des enseignants issus de pays tels que le Maroc ou de régions d’Asie centrale qui s’intéressent aux alternatives, ou ont déjà recours à celles-ci.

Agenda 2017

InterNICHE a prévu de se rendre en Inde pour effectuer une tournée de conférences publiques, animer des réunions sur la création de laboratoires virtuels, et organiser des formations à l’échelle nationale, ainsi que des réunions approuvées par le gouvernement auxquelles participeront des conseils scientifiques. Il est possible que Africa Network for Animal Welfare (ANAW), l’organisation partenaire d’InterNICHE au Kenya, organise dans ce pays en 2017 un événement panafricain dont InterNICHE serait le co-organisateur. Nick Jukes présidera également une session au 10ème Congrès mondial sur les alternatives et l’utilisation des animaux dans les sciences de la vie (WC 10) qui se tiendra aux États-Unis en août 2017. InterNICHE proposera un certain nombre de soumissions pour présenter au congrès des communications axées sur le remplacement.

Nous remercions la LSCV et ses membres pour leur soutien indispensable au travail d’InterNICHE et de nos contacts nationaux, partenaires et collaborateurs. L’organisation et son réseau élargi ne pourraient pas militer pour le remplacement et l’enseignement éthique et parvenir à leur mise en œuvre sans la LSCV.

Sincères salutations,

Nick Jukes

Luc Fournier