LSCV

LSCV

Depuis 1883 contre la vivisection et pour les droits de l'animal

Lancement du PNR 79 – Advancing 3R

Le 3 février 2021, le Conseil fédéral annonçait le lancement du programme national de recherche (PNR) 79 intitulé «Advancing 3R – animaux, recherche et société (1) ».

Doté de 20 millions de francs sur une période de 5 ans, son objectif vise à diminuer le nombre d’expérimentations animales afin de « réduire sensiblement celui des animaux de laboratoire » et « les contraintes subies par les animaux lors des expériences et de leur détention ». Ce PNR traitera également « des aspects éthiques, juridiques, sociétaux, culturels et économiques de l’expérimentation animale ». Le PNR 79 sera dirigé en étroite collaboration avec le Centre de compétences 3R (3RCC) fondé en 2018 et bénéficiant du soutien de la Confédération.

Quel réel soutien pour le remplacement de l’expérimentation animale ?

Une fois encore, lorsqu’il s’agit de soutenir les méthodes de recherche sans animaux, le Conseil fédéral dilue les moyens alloués, pour au final rendre inefficace l’aide apportée.
Lorsque la Confédération et les cantons payent 70 à 80 millions de francs par année, rien que pour la tenue des animaleries, on sait que la totalité de l’argent sera consacrée à la détention des animaux dans les laboratoires. Pour quelle raison est-il impossible d’obtenir le même engagement lorsqu’il s’agit de mettre un terme aux souffrances des animaux ?

Avoir un budget de 20 millions de francs répartis sur 5 ans, cela signifie que 4 millions au mieux seront alloués chaque année aux buts et objectifs du PNR 79.
Quatre millions, en regard des fonds publics estimés à plusieurs centaines de millions consacrés à l’expérimentation animale, c’est déjà misérablement peu. Si en plus une partie de ces 4 millions sert à soutenir des études fumeuses en lien avec « des aspects éthiques, juridiques, sociétaux, culturels et économiques de l’expérimentation animale », alors la Suisse laissera une fois encore passer la chance de démontrer qu’elle a à cœur de réduire au maximum les souffrances infligées aux animaux. Torturer un animal enfermé dans une cage est immoral. Ne pas faire tout ce qui est en son pouvoir pour stopper cette injustice est affligeant.

Non à la mainmise du Centre de compétence 3R sur le PNR 79

Autre inquiétude, le souhait du Conseil fédéral d’associer le 3RCC à la conduite du PNR 79.
Projet ambitieux et réjouissant à l’origine, la création du 3RCC, en 2018, a rapidement démontré son manque d’efficacité. Comment en aurait-il pu être autrement, puisque la quasi totalité des membres ayant une fonction exécutive sont des chercheurs qui ne cachent pas leurs positions pro expérimentation animale. A l’image de Christian Leumann, recteur de l’Université de Berne, de Detlef Günther de l’Ecole polytechnique fédérale de Zürich, de Rolf Zeller de l’Université de Bâle, ou de Gregor Rainer de l’Université de Fribourg, tous membres du Conseil stratégique du 3RCC. Comment imaginer qu’ils soutiennent réellement le développement de nouvelles méthodes permettant le remplacement de l’expérimentation animale ?

Doté d’un budget annuel de 3,5 millions (2), peu de fonds sont finalement alloués aux projets de recherche, malgré une importante demande des milieux scientifiques.
Pour les années 2018 et 2019, le 3RCC indique avoir reçu 150 demandes de financements de projets, issus de plus d’une vingtaine d’institutions différentes. Pour au final n’en soutenir que 10, et pour un montant de seulement 2,6 millions sur les 7 millions disponibles.
Financer aussi peu de projets en deux ans, c’est réussir à faire encore moins bien que la défunte Fondation recherche 3R qui, durant 30 ans, n’avait fait que démontrer son inutilité. C’était suite à de nombreuses interventions d’élu-e-s au Parlement fédéral que celle-ci avait finalement été dissoute en 2018, pour permettre la création du 3RCC !
Pire encore, alors que la moitié des 150 projets reçus visaient le remplacement de l’expérimentation animale, le 3RCC a privilégié le financement de plusieurs études qui ne servent que les intérêts de l’expérimentation animale. Comme celui de Philippe Bugnon de l’Université de Zurich, qui projette de développer un logiciel permettant aux chercheurs d’optimiser leurs stratégies d’élevage pour réduire les potentiels excédents d’animaux. Ou celui de Petra Seebeck, de l’Université de Zurich, et Stephan Zeiter du AO Research Institute Davos, qui prévoient de développer des directives visant à établir des critères minimums pour la chirurgie sur les rongeurs. Ou encore celui de Johannes Bohacek de l’Institut des neurosciences de l’ETH Zurich qui veut développer des outils d’apprentissage artificiel pour améliorer l’analyse du comportement des rongeurs de laboratoire. Dans la présentation de ce projet, le 3RCC écrit que « Les tests de comportement, où les neuroscientifiques étudient comment les animaux réagissent aux maladies et aux traitements, sont souvent difficiles à reproduire et trop superficiels pour révéler la véritable complexité du comportement animal ». Le projet vise donc à « fournir des solutions logicielles qui permettent aux chercheurs d’extraire des données comportementales plus détaillées et de ré-analyser les ensembles de données existants ». Bravo pour la flamboyance de ce projet. On vise donc à transformer un modèle de recherche médiocre en un modèle un peu moins médiocre. Quelle ambition !

Pétition à signer

Pour un PNR 79 réellement au service de la science et de l’éthique – Pour le remplacement de l’expérimentation animale

Le budget du PNR 79 et ses lignes directrices ayant été fixés par le Conseil fédéral, ce sont maintenant le membres de la Division IV du FNS qui vont définir d’ici fin mai 2021 les axes de recherche privilégiés. Nous voulons que les fonds publics soutiennent le remplacement de l’expérimentation animale. Nous ne voulons ni d’une réduction et encore moins de refinement !

Nous avons besoin de vous pour signer et diffuser autour de vous cette pétition, qui sera remise aux membres de la Division IV au plus tard le 30 mai 2021. Nous comptons sur vous pour faire entendre votre voix et nous retourner les feuilles de signatures au plus tard le 25 mai. Il est aussi possible de signer en ligne et diffuser la pétition à l’adresse web suivante : https://www.thepetitionsite.com/fr/takeaction/699/861/560/

Un immense merci pour votre aide et soutien.

(1) Le principe des 3R (Replace, Reduce, Refine) est un concept développé en 1959 par deux biologistes anglais, William Russel et Rex Burch. Lorsque cela est possible, il vise à remplacer les expériences sur les animaux (replace), réduire le nombre d’animaux utilisés (reduce) et diminuer les contraintes subies (refine).

(2) Budget pour la période 2018 à 2020 : 10,5 millions (3,41 million/an), se décomposant comme suit : 5,5 millions versé par les contributeurs (SEFRI, OSAV (BLV), Interpharma) et 5 millions de contributions en nature par les Hautes écoles membres du 3RCC

Luc Fournier