LSCV

LSCV

Depuis 1883 contre la vivisection et pour les droits de l'animal

Etats-Unis – Fin des publicités mensongères pour L’Oréal

Les autorités américaines ont estimé que les publicités de L’Oréal vantant les propriétés antivieillissement «scientifiquement prouvées» de ses crèmes de marques L’Oréal et Garnier étaient une arnaque. L’accord financier signé le 30 juin 2014 avec la Commission fédérale du Commerce (FTC), principale autorité américaine de la concurrence, permet à L’Oréal d’éviter des poursuites pour publicité mensongère.

Les annonces affirmaient que la stimulation des gènes déclenchée par ses produits garantissait «une peau visiblement plus jeune en seulement sept jours».
«Ce serait bien si les cosmétiques pouvaient modifier nos gènes et nous faire remonter le temps. Mais L’Oréal n’a pu étayer ce qu’il affirmait», commentait Jessica Rich, l’une des responsables de la FTC.

L’Oréal déjà condamnée deux fois en Suède pour les mêmes motifs

La justice suédoise avait déjà condamné une première fois le fabricant en décembre 2010, à ne plus diffuser d’allégations fallacieuses concernant les bienfaits de ses crèmes antirides de marques Vichy, L’Oréal et Garnier, sous peine de se voir infliger une amende d’un million de couronnes suédoises (environ CHF 150’000.-). Les publicités vantaient leurs capacités à réduire les rides du visage ou à redonner à la peau une capacité à se régénérer.
Nouvelle condamnation pour l’Oréal en mars 2013 pour n’avoir pas mis fin à ses publicités mensongères, et nouvelle menace de se voir infliger une amende d’un million de couronnes.

Chaque année, L’Oréal dépense environ 30% de son chiffre d’affaire en publicité. En 2012, cela représentait plus de CHF 8 milliards. Nul doute que le montant de l’amende prévu par la Suède a fait trembler L’Oréal et qu’il renoncera à l’avenir à mentir aux consommateurs.

Luc Fournier