DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

Genève - Votation du 14 octobre 2012

Nouvelle constitution NON !

Retour de la chasse à Genève NON !

Après trois années de travail, rythmées d’incessantes querelles et de la volonté d’édicter des dispositions favorisant des intérêts personnels, l’Assemblée constituante soumet en votation populaire, comme l’exige la loi, son projet de nouvelle constitution pour le canton de Genève.

Parmi les dispositions présentées, rien de très novateur. A l’inverse, de nombreuses dispositions plébiscitées par la population et inscrites dans l’actuelle constitution ont fait l’objet de modifications ou tentatives de suppressions par une majorité de constituants, au mépris des décisions populaires.

Tel est le cas de l’interdiction de la chasse, actuellement inscrite à l’art.178A de la constitution genevoise, suite à une votation populaire ayant recueilli 72% de votes favorables en 1974.

38 ans après l’interdiction, le territoire cantonal bénéficie pourtant d’une faune riche et variée, abritant également un nombre important d’espèces menacées. La plupart des eaux lacustres et fluviales du canton font partie des zones d’importance nationale et internationale (OROEM). Espèces menacées dans le reste du pays, le canton de Genève abrite les plus importantes populations de lièvres et les dernières populations suisses de lapins.

Avec l’actuelle constitution genevoise, la levée de l’interdiction n’est possible que sous conditions strictes, après accord d’une commission composée de représentants d’organismes de protection de la nature et des animaux. Cette situation assure que le tir des animaux réponde à une nécessité et non à des désirs de plaire aux milieux agricoles ou de la chasse.

L’art.162 du projet de la nouvelle constitution a totalement vidé de sa substance l’interdiction  voulue par la population. La gestion de la faune et le recours aux chasseurs pour tirer des animaux, sous prétexte de «mesures officielles de régulation», seront des décisions politiques laissées à l’appréciation du Conseil d’Etat.

 

Quels tirs dans le canton de Genève ?

Renards et chats tirés en 2011
.................................................

Dans le canton de Genève : ..0    
Dans le canton de Vaud : 2’136

Les nostalgiques de la chasse genevoise déclarent volontiers que malgré l’interdiction, le canton tirerait tout et n’importe quoi. Que ces tirs pratiqués par des fonctionnaires coûtent très chers alors que des chasseurs pourraient le faire gratuitement (!)

En réalité, seuls les sangliers nécessitent une régulation, en raison des dégâts causés aux cultures. Par sécurité pour la population et pour limiter les risques de blessures infligées aux sangliers, les tirs ne se font que de nuit, à l’aide de viseurs nocturnes et amplificateurs de lumière. Dans 98% des cas, l’animal est abattu sur le coup.
Les tirs sont effectués exclusivement par les gardes de l'environnement. Actuellement, 16 gardes sont en activité, dont 10 participent à tour de rôle aux tirs de régulation.
Cette activité occupe un équivalent plein temps sur l’année, pour un coût total estimé à Fr 150'000.-

A titre comparatif, le canton de Vaud, qui tire chaque année quelques milliers de renards, blaireaux, chevreuils, chats, lièvres et autres espèces animales, règle la chasse au sanglier de la manière suivante :
Chasse et tirs autorisés à partir de 200 m des habitations. En cas de dégâts, les gardes-faune et leurs auxiliaires tirent également la nuit, au phare et à la lunette à visée.
Chasse à l’affut et battues par les chasseurs et leurs meutes de chiens autorisées dans les réserves cantonales et fédérales OROEM (pourtant interdites aux promeneurs accompagnés d’un chien, même tenu en laisse !)
Suite à une interpellation sur ces battues réalisées dans des réserves, occasionnant un important dérangement pour la faune locale, notamment sur les populations d’oiseaux dès les premiers coups de feu, le Conseil d’Etat vaudois répondait le 30 mai 2012:
« La battue réalisée à Chevroux a permis le prélèvement de 7 sangliers en une seule journée, soit l'équivalent d'un mois de chasse à l'affût par 14 chasseurs sur Vaud. La battue réalisée à Yvonand a permis de prélever 4 sangliers, soit deux fois plus que les 5 chasseurs à l'affût qui ont exercé pendant 3 mois».

 

Infos complémentaires :

4 mauvaises raisons pour voter oui à la nouvelle constitution genevoise »» lire

Rapport sur l'interdiction de la chasse et gestion de la faune - Situation en 2012 (pdf) »» lire

»» Tous ménage recto-verso distribué dans le canton de Genève

»» Affiche SGA pour la campagne de votation

 

Article réglant la chasse dans le projet de nouvelle constitution :

Art. 162 Chasse
La chasse aux mammifères et aux oiseaux est interdite. Les mesures officielles de régulation de la faune sont réservées.

Article réglant la chasse dans l’actuelle constitution :

Art. 178a   Chasse
1. La chasse aux mammifères et oiseaux est interdite sous toutes ses formes sur l’ensemble du territoire du canton de Genève.
2. Le Conseil d’Etat peut, sur préavis d’une commission formée des représentants des associations protectrices des animaux et de la nature, lever l’interdiction pour assurer une sélection et un meilleur état sanitaire de la faune ou pour détruire les espèces nuisibles.

 

Constitution actuelle »» lire

Projet de nouvelle constitution mis en votation le 14 octobre 2012 »» lire


Inscrivez-vous à notre

Articles

»» Chasse

»» Foie gras

»» Revue de presse