DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

Août 2011 - Diana Vaud - La loi, c’est pour les autres

L’ex-Président des chasseurs vaudois condamné

Suivi en octobre 2010 par une journaliste de la Radio suisse romande (RSR) alors qu’il participait à une battue avec trois autres chasseurs, le Président des chasseurs vaudois Jean-Louis Grivet recevait en pleine interview l’appel d’un de ses collègues auquel il indiquait sa position.

L’ordonnance fédérale sur la chasse prohibant l’utilisation d’appareils radio-émetteurs pour rabattre du gibier, plainte est  alors déposée par la Fondation MART (Mouvement pour les animaux et le respect de la Terre ) à la préfecture du Jura Nord vaudois.
«Si l'utilisation de téléphones est autorisée dans des cas extrêmement limités, elle est strictement interdite pour commenter la chasse, et en particulier pour rabattre du gibier. Utiliser de tels moyens techniques est un bon moyen de s'assurer que l'animal n'échappera pas à ses poursuivants. On ne lui laisse ainsi aucune chance» rappelait un membre de MART.

Jean-Louis Grivet avait tenté de se défendre en prétendant avoir organisé un « simulacre » de partie de chasse, « pour montrer des animaux » à la journaliste. Comme dans un safari pour touristes, en quelque sorte. Condamné à une amende de Fr 50.- (le minimum prévu par la loi), le chasseur avait fait recours. De son côté, MART avait aussi interpellé le Ministère public en raison du faible montant de l’amende.

L’amende a été confirmée en août 2011. Le Ministère public ne fera pas recours, Jean-Louis Grivet non plus. «Quand on voit les problèmes que connaît notre société, perdre du temps avec des gamineries pareilles, ça me fait mal!», se lamentait Jean-Louis Grivet, préférant que la loi s’applique aux autres et qu’on le laisse abattre le gibier comme bon lui semble. Selon lui, l’utilisation de portables serait monnaie courante. «A ce moment-là, vous pouvez dénoncer tous les chasseurs vaudois» déclarait-il. Ce qui en dit long sur l’éthique de cette fédération.

Président de la fédération de chasse vaudoise, Jean-Louis Grivet (qui a aujourd’hui quitté ses fonctions) avait déjà été dénoncé en 2005 pour n’avoir pas déclaré la prise de deux chevreuils au Service de conservation de la faune. D’abord sévèrement amendé, il n'avait finalement écopé que d'un simple avertissement suite à l'intervention de Charles-Louis Rochat, alors conseiller d'Etat.


Inscrivez-vous à notre

Articles

»» Chasse

»» Foie gras

»» Revue de presse