DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

Septembre 2009

Les universités et l’expérimentation animale

La plupart des personnes interrogées sont souvent surprises d’apprendre que dans l’université de la ville où elles habitent, de nombreuses expériences sur les animaux se pratiquent.
Pourtant, des groupes de recherche qui pratiquent des expériences sur les animaux dans les universités et autres institutions publiques, il en existe des dizaines de milliers à travers le monde. Rien qu’en Suisse, les cantons de Bâle, Zürich, Berne, Vaud, Genève, Fribourg, Neuchâtel, hébergent dans leurs universités des centaines de groupes de recherche qui oeuvrent dans diverses facultés.
Ces groupes de recherche travaillent principalement sur des projets de recherche fondamentale. A la différence de l’industrie pharmaceutique qui effectue de la recherche en vue de mettre au point un nouveau médicament, la recherche fondamentale se soucie principalement de répondre à une question scientifique : la protéine A joue-t-elle un rôle dans la maladie B ? Et si j’inactive le gène X, cela permettra-t-il d’influer le développement de la pathologie Y ?
A toutes ces questions passionnantes, le scientifique se moque un peu de savoir si les réponses serviront un jour la médecine. L’important est de répondre aux plus grand nombre de questions, pense-t-il. Ensuite, on finira bien par en faire quelque chose.

D’accord. Mais si une réponse obtenue à partir d’un rat n’est pas transposable à l’homme par exemple, cela ne pose-t-il pas un problème sérieux pour la bonne compréhension d’une maladie humaine ? Surtout, si une réponse n’est pas reproductible, cela ne peut-il pas remettre en cause d’autres réponses obtenues précédemment, et si oui, comment les reconnaître parmi les milliers de nouvelles réponses collectées et publiées chaque année ?
Répondre à ces questions n’est pas le rôle du scientifique. En premier lieu parce qu’il n’est jamais agréable d’admettre que son travail contient tellement de failles qu’il en perd tout intérêt. Ensuite, parce que comme la plupart d’entre nous, il a des factures à payer et que le règlement de celles-ci dépend généralement de la poursuite de son travail.

Publications à gogos

« Un groupe de recherche isole le gène de la peur. Leurs travaux ouvrent la voie à un nouveau médicament pour soigner les phobies » rapporte une journaliste emballée par un nouvel article scientifique.
Des groupes de recherche qui font état de recherche capitale, il y en a tous les jours. A peine les résultats de leur recherche publiés dans un journal scientifique, et c’est le ballet d’envois de communiqués de presse à tous les médias. Souvent rédigés sous forme d’articles prêts à être publiés, il font la joie de certains journalistes qui n’ont plus qu’à effectuer un copier-coller avant de partager leur enthousiasme.
Problème : les statistiques internationales indiquent que seules 5% des expériences issues de la recherche fondamentale serviront effectivement pour la mise au point de nouveaux médicaments. En clair, 95% des financements publics attribués à ces scientifiques n’auront eu d’intérêt que de leur avoir fourni un salaire (1), des prestations sociales et une certaine reconnaissance auprès de leurs collègues scientifiques.

Gaspillage d’argent et souffrances inutiles

A la rigueur, on pourrait se dire que la situation actuelle n’est qu’un gaspillage de plus, imputable à la mauvaise utilisation des deniers publics par l’administration. Mais dans le cas présent, ce gaspillage provoque également la souffrance inutile de centaines de milliers d’animaux chaque année. Il est plus que temps de nous débarrasser de l’expérimentation animale !

...................................................................................................

Notes :

(1) Selon les comptes 2008 publiés par le FNS, les salaires et charges sociales représentent 67% (Fr.137 millions) des fonds totaux versés aux scientifiques pour les projets de la division 3 Biologie et médecine.


Inscrivez-vous à notre


..................................

Avec quel aliment nourrissez-vous votre chien ou chat ?

Il existe des marques de nourriture non testée sur les animaux »» Suite

..................................

Quelle justification à l’expérimentation animale ?
»» Suite

..................................

Expérimentation animale ou méthode de remplacement ?
Avec des fonds en suffisance et la possibilité pour des chercheurs de mener une carrière scientifique sans animaux, la recherche médicale ferait des progrès rapides et spectaculaires.
»» Suite


..................................

L'animal n'est pas le modèle biologique de l'homme
Essai clinique d'un futur médicament : 6 hommes hospitalisés. »» Suite



..................................

Publier ou périr
Un système qui ne favorise pas l'innovation
»» Suite

..................................

Arnaques à la publication
Pour obtenir de l’argent, les scientifiques oeuvrant dans les institutions publiques doivent régulièrement publier leurs travaux dans des revues scientifiques. »» Suite

..................................

Les universités et l’expérimentation animale »» Suite

..................................