DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

Octobre 2011

Compte-rendu de la réunion de l’ECEAE à Varsovie
du 27 au 29 octobre 2011

La deuxième réunion annuelle de la Coalition Européenne pour mettre fin à l'Expérimentation Animale (ECEAE) s’est déroulée à Varsovie, capitale de la Pologne, en présence de représentants de la protection des animaux d'une dizaine de pays européens. Maja Schmid y représentait la LSCV. La réunion était organisée par l'association de protection des animaux Viva Pologne. Elle s’est tenue durant trois jours dans les locaux de la Town Hall, mis gratuitement à disposition par la mairie de Varsovie.

Une partie du meeting a notamment été consacrée au programme REACH et à la nouvelledirective européenne sur l’expérimentation animale 2010/63.

Le programme REACH (Registration, Evaluation, Autorisation and Restriction of Chemicals) concernele règlement du même nom, adopté par le Parlement européen le 18 décembre 2006 et entré en vigueur le 1er juin 2007. Il vise à évaluer la toxicité des substances chimiques mises sur le marché européen, dont l’importation ou la production est supérieure à une tonne par an. Selon le règlement, si aucune méthode substitutive n’a été validée par les autorités, les tests de toxicité seront exécutés sur des animaux. Ces tests étant les pires que l’on puisse faire subir à un animal, le chiffre de 30'000 animaux nécessaires avait été annoncé pour calmer les critiques et objections. En réalité, on estime aujourd’hui à plusieurs millions, le nombred’animaux requis pour tester toutes les substances déjà pré-enregistrées. Ce d’autant que REACH semble aussi être le prétexte pour exécuter des tests totalement absurdes. Nous avons appris que des tests sur animaux sont aussi pratiqués sans qu’une substance active ne soit identifiée. Il s’agit par exemple des poussières produites en usine lors d’un processus de fabrication.
En raison de la production et de l’exportation de produits chimiques par des entreprises suisses pour le marché européen, notre pays est aussi lié à l’exécution du programme REACH. Une modification de la loi pour adapter les principes du règlement européen au droit suisse est encore en discussion au sein de l'administration fédérale.

La nouvelle directive européenne sur l’expérimentation animale a été adoptée par le Parlement européen le 8 septembre 2010. Son entrée en vigueur est prévue en 2013.
Globalement, le nouveau texte est incontestablement meilleur que l’actuelle Convention qui règle lapratique de l’expérimentation animale depuis la fin des années 1980.
Mais au regard des connaissances actuelles, cette nouvelle directive est une énorme déception, faisant la part belle aux chercheurs. Ce n'est ainsi pas étonnant que la Fédération européenne des associations de l'industrie pharmaceutique (EFPIA) ait "salué l'adoption du texte" qui représente selon elle, "un pas dans la bonne direction". Effectivement, la directive aligne tant d’exceptions possibles aux interdictions décrites, qu’il sera toujours possible d’exécuter tout et n’importe quoi dans les laboratoires européens. Elle autorise aussi des dispositions scandaleuses, comme l’utilisation de chiens et de chats déclarés errants, d’espèces en voie d'extinction ou capturées dans la nature, comme les primates et les grands singes.
Lors de son exposé, le Dr Katy Taylor, biologiste au sein de l'ECEAE, rappelait aussi l’impact négatif qu’aura l’application de la directive sur les pays disposant actuellement de normes plus contraignantes. Il y a un réel risque de voir la protection des animaux reculer dans plusieurs pays comme l’Angleterre. Chaque délégation de l'ECEAE est ainsi engagée pour soutenir l'amélioration des dispositions de la directive, laquelle est actuellement en consultation auprès des pays membres de l'U.E.
En Suisse, la pratique de l'expérimentation animale est réglée par la nouvelle loi sur la protection des animaux (LPA) et son ordonnance (OPAn), entrées en vigueur en septembre 2008, ainsi que par deux ordonnances entrées en vigueur en 2010 : l'ordonnance sur l'expérimentation animale et l'ordonnance sur le système informatique de gestion des expériences.

Happening devant la Town Hall. Six membres de l'ECEAE posent à l'occasion des 125'000 signatures récoltées pour la pétition "Non aux cosmétiques cruels". Celle-ci vise à empêcher le report de la date fixée à 2013, pour l'interdiction définitive en Europe des tests sur les animaux pour les cosmétiques. Nous remercions particulièrement tous nos membres et sympathisants qui ont permis la récolte de plusieurs milliers de signatures en Suisse.


Inscrivez-vous à notre


..................................

Avec quel aliment nourrissez-vous votre chien ou chat ?

Il existe des marques de nourriture non testée sur les animaux »» Suite

..................................

Quelle justification à l’expérimentation animale ?
»» Suite

..................................

Expérimentation animale ou méthode de remplacement ?
Avec des fonds en suffisance et la possibilité pour des chercheurs de mener une carrière scientifique sans animaux, la recherche médicale ferait des progrès rapides et spectaculaires.
»» Suite


..................................

L'animal n'est pas le modèle biologique de l'homme
Essai clinique d'un futur médicament : 6 hommes hospitalisés. »» Suite



..................................

Publier ou périr
Un système qui ne favorise pas l'innovation
»» Suite

..................................

Arnaques à la publication
Pour obtenir de l’argent, les scientifiques oeuvrant dans les institutions publiques doivent régulièrement publier leurs travaux dans des revues scientifiques. »» Suite

..................................

Les universités et l’expérimentation animale »» Suite

..................................