DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

Le 28 février 2016 est l’occasion unique pour soutenir une nouvelle médecine moderne et efficace

Oui, l’Institut de médecine légale a besoin de nouveaux locaux, mais pas au prix exorbitant de 15 600 francs le mètre carré de surface utile! A titre comparatif, la construction de logements spacieux y compris le terrain coûte de CHF 4’500 à CHF 7’000 francs le mètre carré.

L’université doit s’engager dans le développement de nouvelles méthodes de recherche moderne et efficace, réellement au service de la santé publique

6 bonnes raisons pour dire NON le 28 février

1) Le bâtiment à 141 millions est un énorme gaspillage économique

Alors que pour des raisons d’économies, l’Etat prévoit la suppression de la réduction des primes de l’assurance-maladie, la fermeture de l’Hôpital Ziegler, des divisions d’obstétrique des hôpitaux de Riggisberg et de Zweisimmen, et la fin prochaine d’autres hôpitaux régionaux, l’Etat veut dépenser 154,3 millions au total pour la simple construction d’un bâtiment afin d’héberger deux institutions publiques.
NON au gaspillage des ressources! L’Etat doit revoir son projet et proposer une construction moins onéreuse.

2) Les animaux d‘expériences ne seront pas mieux détenus ni soignés

Le Conseil-Exécutif prétends que le nouveau bâtiment de la Murtenstrasse «permettra de détenir et de soigner dans les meilleures conditions possible» les animaux d’expériences. En réalité, les cages sont les mêmes dans tous les laboratoires. Pour les animaux, rien ne change, sauf le décor. Celui de la Murtenstrasse sera luxueux mais leurs cages seront toujours en plastiques. Le Conseil exécutif à reconnu que la détention des animaux de l’Université coûtait 8 millions de francs chaque année aux contribuables. Avec l’augmentation de la taille de l’animalerie à 1000 m2, ce qui changera c’est que le contribuable paiera encore plus cher chaque année pour les animaux de l’Université !



3) Le nombre des expérimentations animales augmentera

Toutes les universités ayant augmenté leurs surfaces dédiées à la recherche in vivo ont vu le nombre d’expérimentations animales augmenter. Mais le Conseil-Exécutif veut faire croire qu’à Berne, comme par magie, le nombre d’expériences restera stable, alors que le Département de recherche clinique augmentera sa surface de 3’000 m2! Les expérimentations animales de l’Université sont financées par les contribuables. L’augmentation des expériences sera aussi financée par les contribuables!

4) L‘expérimentation animale est surtout utile aux chercheurs

Plus de 50 millions sont versés chaque année par la confédération uniquement pour les salaires des chercheurs.
Combien de dizaines de millions supplémentaires par les cantons ?
Et par le canton de Berne pour l’Université ?



5) L‘Université mène des expériences cruelles

Certaines expériences menées par l’Université de Berne sont de la cruauté pure, à l’image des ces transplantations de pattes entre les épaules de porcs et rats, ou de ces expériences de choc septique par péritonite fécale : 28 porcs ont eu l’abdomen infecté par leurs propres fèces. Trois animaux sont morts pendant l’expérience. Les autres ont été tués quelques jours plus tard. Les chercheurs écrivent : « Certains de nos résultats doivent être interprétés avec prudence puisque nous n’avons pas randomisés certains groupes de porcs ». Les chercheurs proposent de mener d’autres études utilisant plus de porcs pour mieux valider leurs résultats. Ce même groupe avait déjà publié une étude similaire en 2012 où 50% des animaux étaient morts durant l’expérience. »» Lire



6) Nous voulons une recherche moderne, pas une recherche dépassée

Oui, l’université de Berne fait des découvertes sensationnelles sur les animaux. Elle sait soigner le cancer des souris, atténuer les problèmes d’audition du mouton, guérir les lésions du foie chez le porc... Mais rien de tout cela ne fonctionne chez l’homme !

L’utilisation d’animaux pour comprendre les maladies humaines est un énorme gaspillage de ressources. 85% des expériences de recherche fondamentales sur le cancer menées en université ne sont même pas reproductibles. Et 92 % des médicaments développés sur des animaux se révèleront inefficace ou dangereux pour la santé humaine.

La recherche médicale moderne utilise des cellules et des tissus humains pour comprendre les maladies humaines

Bien que très peu de moyens soient consacrés aux méthodes de recherche sans animaux, d’énormes progrès ont été réalisés durant ces 10 dernières années. Il est aujourd’hui possible d’utiliser des modèles in vitro de «  tissus cancéreux reconstitués », d’imprimer des organes (bioprinting 3D), des tester de nouvelles substances thérapeutiques sur des micro-organes interconnectés (Organ-on-chips). Le développement de nouveaux modèles sans animaux est l’avenir de la recherche médicale. »» Lire

L’Université de Berne doit s’engager dans ce domaine. Les contributions publiques ne doivent pas financer des carrières académiques mais la santé publique!

Payer les nouvelles animaleries luxueuses du DFK est nous assurer que dans 30 ans celui-ci triturera toujours des souris pour essayer de soigner Parkinson ou Alzheimer!

Les crédits de l’université doivent être engagés dans une recherche médicale novatrice et d’avenir. Les souris, ça suffit!

Dire NON au bâtiment de la Murtenstrasse est dire OUI à une recherche moderne.

www.stopptierversuchebern.ch/fr/

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Articles liés :
»» Lancement d’un référendum contre l’extension des laboratoires de l’Université !
»» Berne - Succès pour la campagne référendaire
»» Votation populaire programmée le 28 février 2016
»» Votation du 28 février 2016 pour les nouvelles animaleries de l’Université de Berne


Inscrivez-vous à notre


..................................

Avec quel aliment nourrissez-vous votre chien ou chat ?

Il existe des marques de nourriture non testée sur les animaux »» Suite

..................................

Quelle justification à l’expérimentation animale ?
»» Suite

..................................

Expérimentation animale ou méthode de remplacement ?
Avec des fonds en suffisance et la possibilité pour des chercheurs de mener une carrière scientifique sans animaux, la recherche médicale ferait des progrès rapides et spectaculaires.
»» Suite


..................................

L'animal n'est pas le modèle biologique de l'homme
Essai clinique d'un futur médicament : 6 hommes hospitalisés. »» Suite



..................................

Publier ou périr
Un système qui ne favorise pas l'innovation
»» Suite

..................................

Arnaques à la publication
Pour obtenir de l’argent, les scientifiques oeuvrant dans les institutions publiques doivent régulièrement publier leurs travaux dans des revues scientifiques. »» Suite

..................................

Les universités et l’expérimentation animale »» Suite

..................................