DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

Septembre 2009 - Suisse – Développement de méthodes substitutives

Epithelix - Ou le parcours remarquable de quatre
scientifiques innovants

Le parcours de cette société est assez exceptionnel. En premier lieu, parce qu’elle regroupe des scientifiques qui ont choisi de se consacrer exclusivement au développement de méthodes substitutives, malgré la difficulté à démarrer financièrement une activité dans ce domaine. Mais également parce qu’Epithelix vise aussi un objectif éthique : permettre la suppression d’expériences sur les animaux grâce à l’utilisation de modèles in vitro.

La Ligue a découvert le travail de Ludovic Wiszniewski, en novembre 2005, quelques mois avant qu’il ne fonde Epithelix avec trois autres scientifiques. Jeune chercheur à l’Université de Genève, la Fondation Recherches 3R avait refusé de soutenir son travail. Pas la Fondation Naef, qui lui remettait un prix pour son modèle cellulaire permettant d’étudier des maladies respiratoires humaines, comme l’asthme ou la mucoviscidose. L’intérêt de disposer d’une alternative à l’expérimentation animale dans ce domaine n’est pas anodin : les souris n’exprimant pas «naturellement» ces maladies, on produit génétiquement des souris susceptibles de s’approcher le plus possible des maladies respiratoires à étudier. Malgré l’absurdité de ces études, les groupes de recherche poursuivent placidement leurs travaux. Pas tous, heureusement, tel ce responsable de recherche de l’Institut de Physiologie et Biologie Cellulaires du CNRS qui écrivait :
« Le travail que vient de réaliser Ludovic Wiszniewski représente une avancée considérable pour notre connaissance de la physiologie et de la physiopathologie de l’épithélium respiratoire (…) L’utilisation de souris n’est pas satisfaisante pour une étude rigoureuse de la fonction respiratoire (…). Il était donc urgent d’avoir accès à un modèle de cultures primaires disponible sur le long terme et susceptible de mimer le plus précisément possible l’épithélium humain (…). »


Néanmoins, si nous avions naturellement été très intéressés par le travail de Ludovic Wiszniewski, son engagement et sa personnalité avaient également suscité beaucoup d’intérêt de notre part. Pour cette raison, lorsqu’Epithelix a été fondé en mars 2006, nous avons tout de suite accepté de soutenir financièrement leurs travaux. Notre aide s’est poursuivie en 2007 et 2008.

Après trois années d’activités, la vente de modèles in vitro couvre maintenant les frais de fonctionnement d’Epithelix. Un processus de validation, pour l’utilisation de ces modèles en remplacement des animaux pour les tests de toxicité, est en cours auprès du centre européen de validation des méthodes alternatives (ECVAM). Parallèlement, Epithelix poursuit le développement d’une distribution à plus large échelle de ses produits. Actuellement, environ 5'000 modèles in vitro se vendent déjà chaque année, ce qui réduit d’autant l’utilisation d’animaux. On citera également le prix « Red Herring Europe» reçu en début d’année. En classant Eptithelix parmi les «100 entreprises les plus prometteuses d’Europe», cette distinction lui a donné une visibilité de premier plan.
Ces bonnes nouvelles sont également pour nous, l’occasion de remercier tous nos Membres et généreux donateurs. C’est grâce à votre soutien que la Ligue a pu à son tour soutenir l’excellent travail d’Epithelix. Alors, mille mercis à vous tous !


A propos d’Epithelix

Son objectif est de fournir des solutions in vitro dans le domaine des maladies respiratoires et des tests de toxicité. Une technologie de reconstitution de tissus des voies aériennes in vitro, basée sur des cellules primaires humaines avec une durée de vie d’une année a été développée. C’est un des grands intérêts des modèles in vitro conçus par Epithelix car actuellement, les tissus en culture ont une durée de vie maximale d’environ deux semaines.


Des prix pour couronner le travail d’Epithelix

Depuis sa création, Epithelix a obtenu les prix «World Technology Award», «BioInnovation Prize» et «Venture Idea 2006 McKinsey&Company» en 2006, les prix «Liechti» et «CTI START-UP LABEL» en 2007, les prix de la «Fondation W.A. de Vigier» et «Venture Leader» en 2008. En avril 2009, Epithelix reçoit le prix RED HERRING EUROPE 2009, qui consacre les 100 entreprises les plus prometteuses d’Europe.

Lorsque la Ligue avait lancé en 2006 son initiative cantonale «Pour le développement des méthodes alternatives et contre les abus de l’expérimentation animale à l’Université de Genève», un des barons de cette université avait déclaré dans les journaux, à propos des méthodes alternatives : «On ne peut pas faire de la recherche sur des ours en peluche». Et lorsque qu’on lui avait demandé pour quelle raison l’Université de Genève n’avait pas soutenu le travail des fondateurs d’Epithelix, ce même baron avait répondu : «Si on ne les aides pas, c’est parce que ça ne marche pas !»
Cette information pourrait tenir de l’anecdote, si le baron en question n’était pas un des 30 experts de la division 3 du FNS chargé d’évaluer l’intérêt des requêtes des scientifiques à la recherche de soutien financier...


Inscrivez-vous à notre

Méthodes substitutives à l'expérimentation animale
»» Soutiens LSCV

»» InterNICHE

»» Epithelix

Chaire d'enseignement des méthodes substitutives -
»» Doerenkamp-Naef-Zbinden