DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De



L'homme éprouvette... au secours de l'animal

Article publié par SWISSINFO en octobre 2011 sur Ludovic Wiszniewski, CEO de la société Epithelix. »» Suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Suisse – Développement de méthodes substitutives

Epithelix - Ou le parcours remarquable de quatre scientifiques innovants

Le parcours de cette société est assez exceptionnel. En premier lieu, parce qu’elle regroupe des scientifiques qui ont choisi de se consacrer exclusivement au développement de méthodes substitutives, malgré la difficulté à démarrer financièrement une activité dans ce domaine. Mais également parce qu’Epithelix vise aussi un objectif éthique : permettre la suppression d’expériences sur les animaux grâce à l’utilisation de modèles in vitro.

La Ligue a découvert le travail de Ludovic Wiszniewski, en novembre 2005, quelques mois avant qu’il ne fonde Epithelix avec trois autres scientifiques. Jeune chercheur à l’Université de Genève, la Fondation Recherches 3R avait refusé de soutenir son travail. Pas la Fondation Naef, qui lui remettait un prix pour son modèle cellulaire permettant d’étudier des maladies respiratoires humaines, comme l’asthme ou la mucoviscidose. L’intérêt de disposer d’une alternative à l’expérimentation animale dans ce domaine n’est pas anodin : les souris n’exprimant pas «naturellement» ces maladies, on produit génétiquement des souris susceptibles de s’approcher le plus possible des maladies respiratoires à étudier. »» Suite


Inscrivez-vous à notre

Méthodes substitutives à l'expérimentation animale
»» Soutiens LSCV

»» InterNICHE

»» Epithelix

Chaire d'enseignement des méthodes substitutives -
»» Doerenkamp-Naef-Zbinden