DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

Chaire Doerenkamp-Naef-Zbinden
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Rapport d'activité 2010

Pour sa deuxième année d’activités, le Professeur Pierre Cosson, titulaire de la chaire, décrit les différents enseignements et formations offerts aux étudiants ou chercheurs.

Enseigner les méthodes alternatives à
l'expérimentation animale

Comment enseigner les méthodes alternatives à l'expérimentation animale ? L'objectif change en fonction de l'avancement des études: il est utile de sensibiliser de jeunes étudiants à l'existence des nombreux modèles alternatifs à l'utilisation d'animaux de laboratoire. Des étudiants destinés à développer de tels modèles doivent  ensuite effectuer des études doctorales dans des laboratoires qui leur enseignent ces méthodes. A un niveau plus avancé nous nous adressons à des publics de plus en plus spécialisés et nous devons essayer de trouver des alternatives spécifiques à des questions pratiques qui se posent dans leur quotidien.

Pour répondre à ces différentes situations nous avons développé, avec l'aide des assistants de mon groupe, des formations étagées sur les différents niveaux du cursus universitaire. Les principales formations mises en place sont décrites ci-dessous. Quelques projets qui doivent être mis en œuvre prochainement sont également mentionnés.

En deuxième et troisième années de médecine, nous avons créé un cours à option (non obligatoire) d'introduction aux méthodes alternatives. Les principaux systèmes modèles sont décrits dans une série de séminaire. En parallèle, les étudiants effectuent eux-mêmes un projet de recherche dans un système non animal (dans ce cas, la levure). Au total ce cours représente 32 heures d'enseignement sur la durée d'un semestre. La première édition a été suivie par six étudiants, qui l'ont évalué de façon très positive. Nous allons renouveler ce cours l'an prochain en augmentant les effectifs.
Avec le même objectif de sensibilisation, nous avons donné quatre heures de cours sur l'utilisation de systèmes modèles aux étudiants en Master de Biologie (4ème année).
Enfin une présentation au collège de Saussure (GE) a rencontré un réel succès et nous cherchons à organiser de telles rencontres de façon plus régulière.

Au niveau des étudiants en thèse, notre laboratoire accueille trois étudiants travaillant sur différents aspects des modèles alternatifs que nous développons (utilisation de modèles non mammifères pour l'étude des maladies infectieuses). Ces travaux ont donné lieu à de nombreuses publications scientifiques dans des journaux internationaux, ainsi qu'à des présentations dans des congrès internationaux, qui contribuent à diffuser les résultats obtenus.

Pour des chercheurs établis, nous avons participé aux cours (prévus par la loi sur la protection des animaux) que doivent obligatoirement suivre les chercheurs qui pratiquent des expérimentations animales. Nous avons contribué à développer l'enseignement des méthodes alternatives pour ces chercheurs. Ces cours de deux heures sont donnés trois à quatre fois par année devant une audience d'une cinquantaine de chercheurs.
En parallèle nous avons créé et nous animons un réseau de laboratoires qui organise une rencontre annuelle d'une journée sur le développement de méthodes alternatives pour l'étude des maladies infectieuses. Elle réunit une quarantaine de chercheurs spécialistes du domaine qui échangent leurs résultats sur ce thème. La prochaine réunion aura lieu au printemps 2011 à Genève.

 

Production d’anticorps in vitro

Un des objectifs spécifiques de notre laboratoire est de développer et de diffuser une nouvelle méthode in vitro (banques de phages) permettant de remplacer les animaux pour produire des anticorps. Après deux ans de mise au point, nous initions cette année nos premières collaborations, avec l'objectif d'enseigner aux chercheurs intéressés comment utiliser ces techniques alternatives. De façon intéressante, les premiers chercheurs intéressés sont ceux qui ont essayé sans succès de produire des anticorps chez des animaux, et qui sont donc très désireux d'avoir accès à des méthodes alternatives. Ces techniques pourraient permettre de remplacer avantageusement l'utilisation d'animaux dans de très nombreux laboratoires de Biologie et Médecine, et un cours spécifique sera mis en place pour enseigner les aspects théoriques et pratiques de ces méthodes.

Enfin, dans le cadre de la structure CAAT-Europe, nous sommes en train de préparer un cours destiné aux entreprises concernées par l'expérimentation animale, qui couvrira sur une durée de quelques jours, les avantages éthiques et pratiques des différentes méthodes de substitution à l'expérimentation animale.

En conclusion, deux ans après la création de la chaire Doerenkamp-Naef-Zbinden, nous avons créé plusieurs formations sur les méthodes alternatives à l'expérimentation animale. Nous avons cependant conscience que nous ne sommes qu'au début de ce travail. La mise en place de chaque nouvelle formation demande beaucoup de préparation pour organiser les cours, mais aussi pour les faire valider dans les différents cursus, et pour atteindre des publics très divers. Nous espérons ajouter chaque année un ou deux nouveaux éléments à ce catalogue, pour couvrir au mieux les différentes techniques de remplacement de l'expérimentation animale et atteindre tous les publics concernés.

Prof Pierre Cosson
Centre Medical Universitaire
Dpt of Cell Physiology and Metabolism


Inscrivez-vous à notre

Méthodes substitutives à l'expérimentation animale
»» Soutiens LSCV

»» InterNICHE

»» Epithelix

Chaire d'enseignement des méthodes substitutives -
»» Doerenkamp-Naef-Zbinden