DE | IT

search


Kontakt
maps

Links


Fr


De

»» Signez la pétition en ligne

Pétition Pro Anima

NON à l’extension du centre de primatologie de Strasbourg
NON à la détention de 1600 singes


OUI à sa fermeture !

Créé en 1978, sous le nom de Centre de Primatologie (CdP) de Strasbourg, aujourd’hui géré par la plateforme Silabe, il s’agit d’un des plus importants centres de détention de primates en Europe.

Entre 600 et 800 singes d’une douzaine d’espèces différentes y sont détenus. Les animaux les plus chanceux vivent en groupes dans des parcs extérieurs et servent à l’étude du comportement pour des équipes de biologistes et éthologues en provenance du monde entier.
Pour les autres, ce sont les cages avec petites courettes extérieures qui servent de lieu de vie. Et une destination moins enviable : les labos d’expérimentation des entreprises comme Hoffmann La Roche, Servier, Covance ou Novartis et sa division Sandoz.

En 1997, le Ministre de l'Education nationale et de la Recherche Claude Allègre avait balayé un premier projet du directeur du CdP, projetant la construction d’un deuxième centre à Holtzheim, dans le Bas-Rhin. Le Ministère affirmait vouloir encourager le développement de méthodes alternatives in vitro.

Changement de politique en 2013. La direction départementale de la protection des populations (DDPP) préavisait favorablement le 25 octobre des nouvelles constructions dans les Douves du Fort. Notamment un bâtiment « de stock » de primates d’une capacité de 500 places réparties en unités et un bâtiment de quarantaine composé de 5 salles de 18 boxes chacune. Une nouvelle espèce de primates de la famille des Callithricidés sera aussi détenue. Pour ces raisons, la DDPP demandait à ce qu’une nouvelle demande d’autorisation d’ouverture soit déposée.

L’autorisation sera délivrée en juillet 2014 par la préfecture du Bas-Rhin. Depuis, la contestation s’organise pour empêcher la poursuite des activités du CdP. Avec un message clair : les centaines de millions d’euros engagés dans la recherche biomédicale sur les primates n’ont apporté que de faibles résultats pour la santé humaine.
Parmi les expériences coûteuses et inutiles, bien que le chimpanzé soit naturellement immunisé contre le VIH, les chercheurs ont multiplié les études sur cet animal. Sur les 85 vaccins contre le sida testés avec succès sur les primates, aucun n’a fonctionné sur l’être humain. Nous voulons que les millions prévus pour l’extension du CdP soient engagés dans le développement de nouvelles méthodes de recherche, éthiques et pertinentes pour la santé publique.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Merci de diffuser et signer la pétition en ligne lancée par Pro Anima

»» Signez la pétition en ligne

 

A propos du CdP

En 1978, le chercheur Nicolas Herrenschmidt fondait à Niederhausbergen près de Stasbourg le Centre de primatologie (CdP) de l'université Louis Pasteur. Installé dans l'enceinte d’un ancien ouvrage militaire, le Fort Foch, le centre occupe un terrain de 12 hectares.

A l’époque, 15 millions de francs français ont été dépensés pour l'achat de centaines de reproducteurs. Des lémuriens de Madagascar, des babouins d’Afrique du Nord, des primates d’Amérique du Sud comme le singe écureuil, le Tamarin et le Marmouset. Mais aussi des primates d’Asie et de l’île Maurice, animaux de choix pour les laboratoires, y compris en Suisse. Parmi eux, les macaques Rhésus (Macaca mulatta) et macaques Crabier (Macaca fascicularis) qui sont expérimentés par la pharma bâloise et les universités et ETH de Zürich et Fribourg.

Depuis sa création, le CdP assurait que s’il « coopère avec des institutions de recherche biomédicale » cela se faisait en « suivant des conditions très précises », fixées dans les statuts du CdP « qui interdisent tout acte devant entraîner une gêne ou une souffrance de l'animal ou mettant sa vie en danger ». Belle hypocrisie de ce centre qui tire depuis sa création une importante source de revenus de la vente de ses animaux aux laboratoires pharmaceutiques ou universitaires, pour des recherches sur des maladies infectieuses ou neuro-dégénératives longues et douloureuses.
Depuis 2013, le centre ne cache plus son souhait de mener des interventions invasives sur ses animaux pour fournir ses clients en « fluides et tissus biologiques » frais ou congelés. Il ambitionne aussi de développer un « nouveau plateau technique liant essais thérapeutiques, mesures cognitives et imagerie cérébrale à destination des compagnies pharmaceutiques ».

Aujourd’hui, le centre, appelé aussi Station de primatologie, est géré par la Plateforme Silabe (Simian Laboratory Europe) de l'association Adueis (association pour le développement des liens universités-entreprises dans les industries de santé). Il fait partie du consortium EUPRIM-Net II qui rassemble neuf centres de primatologie européens.


Inscrivez-vous à notre

. . . . . . . . . . . . .

Pour des Automnales sans cruauté animale 

. . . . . . . . . . . . .

Suisse - Pétition pour une obligation de castration des chats libres de leurs déplacements

Les organisations de protection animale NetAP et Stiftung für das Tier im Recht (TIR) ainsi que les organisations et signataires participantes demandent au conseil fédéral et au parlement d'instaurer une obligation de castration des chats libres de leurs déplacements, pour endiguer la reproduction excessive des chats et ainsi réduire la souffrance des chats en Suisse.

»» Signez la pétition

. . . . . . . . . . . . .

Arrêtons l'expérimentation animale pour les produits de nettoyage

»» Signez la pétition

. . . . . . . . . . . . .


Actions 2016

Leur vie, leur souffrance
Comment tu peux les aider

»» Suite

. . . . . . . . . . . . .


Actions 2016

»» Suite

. . . . . . . . . . . . .